Blockchain: pilier de l’économie de demain

Blockchain: pilier de l’économie de demain

lundi 19 mars 2018, 1 KommentarReading time: 9 minutes

La Blockchain est sur toutes les lèvres. Mais qu'est-ce qui se cache derrière cette technologie du futur, quels secteurs en profitent et comment les investisseurs peuvent-ils en tirer parti?

La technologie de la Blockchain fait beaucoup parler d’elle, bien que son rôle exact pour l’économie et la société ne puisse pas encore être précisément défini. Il semblerait pourtant qu’elle s’apprête à bouleverser les systèmes actuels en profondeur. Nous aborderons ici les problématiques essentielles : que promet cette technologie et quels sont les exemples actuels concrets? Jusqu’où pourrait-elle nous conduire et où en sommes-nous actuellement ? Pour répondre à cette question, une comparaison avec l'Internet actuel (des informations) s'impose. Enfin, nous présenterons le Solactive Blockchain Technology Performance-Index qui permet d'investir dans le thème de la Blockchain.

Naissance de la technologie de la Blockchain

En février 2009, le billet de blog d'un certain Satoshi Nakamoto fit grand bruit. Ce mystérieux personnage avait déjà esquissé l'idée d'un moyen de paiement indépendant dans le livre blanc devenu légendaire depuis: «Bitcoin: A Peer-to-Peer Electronic Cash System ». Cet événement a non seulement marqué la naissance de la crypto-monnaie «bitcoin», mais aussi de la technologie de la Blockchain, ou tout au moins de l’une de ses premières applications pratiques. En 1995, le think tank londonien Z/Y expérimentait déjà une première mouture de la Blockchain actuelle avec les «Mutual Distributed Ledgers», selon une étude du Frankfurt School Blockchain Center («Blockchain-Technologie: Vom Hype zur Wirklichkeit»). Le Bitcoin représente néanmoins un jalon essentiel dans le développement de la technologie de la Blockchain. Outre le bitcoin, le Blockchain Center de Francfort considère également la Blockchain de l’Ethereum introduite en 2015 comme l'une des principales étapes de l’histoire de cette technologie. Elle a en effet permis pour la première fois d'exécuter des transactions automatisées dites «smart contracts» (contrats intelligents).

 src=

Grafique 1: Concept d’indice - Blockchain-Scoring-Model


La Blockchain - registre universel des transactions

Les transactions, les contrats et leur enregistrement sont des composantes essentielles de notre système économique, mais n’ont pas vraiment suivi le rythme de la transformation numérique. La technologie de la Blockchain, un «registre» public et décentralisé qui enregistre et stocke les transactions de manière sûre, durable et efficace, promet de résoudre ce problème. Les transactions entre les parties – entreprises ou particuliers – sont documentées, authentifiées et «immortalisées» dans la base de données. On s’assure ainsi que les transactions numérisées ne puissent plus être modifiées. Dans son livre blanc «Internet der Werte» (L’Internet des valeurs), la société Z_punkt décrit la Blockchain comme un registre universel pour les transactions de toutes sortes. Elle est qualifiée de technologie ubiquitaire – disponible partout – qui vise à garantir la transparence absolue des transactions dans le cadre de processus basés sur des règles strictes.

Le «registre» (ou Blockchain) le plus connu est sans doute celui du bitcoin. Toutes les transactions (transferts d’argent) y sont invariablement stockées sans qu’un «superviseur» ou des procédures de vérification compliquées ne soient nécessaires. Les intermédiaires tels que les banques deviennent ainsi superflus. Le livre blanc précise que la technologie n'est en aucun cas limitée aux transactions monétaires (bitcoin), car la Blockchain est neutre à l'égard des «contenus» enregistrés.

Prochaine étape de l’évolution du Web: l’Internet des valeurs

Pour se faire une idée du stade de développement de la Blockchain, une comparaison s’impose avec la technologie Internet. Pour de nombreux experts, la technologie de la Blockchain représente en effet la prochaine étape de l’évolution du World Wide Web. Comme l’explique Dan Tapscott, co-auteur de «Blockchain Revolution»: «La première phase de la révolution numérique nous a apporté l’Internet de l’information. La deuxième phase – basée sur la technologie de la Blockchain – nous apporte l’Internet des valeurs…». Le Blockchain Center considère également l’Internet comme «… un support numérique pour les informations (Internet of Information) et la Blockchain comme un support pour les valeurs numériques (Internet of Values)».

Les experts voient dans la Blockchain une technologie fondatrice – comme le fut (et le reste) Internet. L’Internet de l’information a révolutionné la diffusion et la consommation des informations. La technologie de la Blockchain pourrait entièrement changer notre façon de réaliser des transactions de toutes sortes entre deux parties ou plus. Mais où en est cette technologie par rapport à l’Internet d’autrefois?

Parallèles avec l’évolution d’Internet

Pour établir la comparaison avec Internet, le Blockchain Center de Francfort étudie l’évolution du protocole Internet TCP/IP (Transmission Control Protocol/Internet Protocol) pour le réseau ARPAnet. Sa première application présentée en 1972 est un système de messagerie électronique. Cet exemple est également cité par la Harvard Business School dans son article «The Truth About Blockchain». Pour les experts de Harvard, le parallèle entre la chaîne de blocs et TCP/IP est évident. Le système d'e-mail a ainsi permis la communication bilatérale, tandis que le Bitcoin, la première application de la technologie de la Blockchain, a permis les transactions financières bilatérales. Les experts de Francfort et Cambridge sont unanimes: TCP/IP (l’Internet de l’information) a libéré de nouvelles valeurs économiques par la baisse radicale des coûts de connexion. De manière analogue, la Blockchain (l’Internet des valeurs) pourrait réduire considérablement les coûts de transactions. Si cette technologie d’enregistrement décentralisé des transactions parvient à s’imposer, les experts s’accordent à dire que l’économie pourrait changer du tout au tout. Si l’on en croit les spécialistes américains et allemands, la technologie de la Blockchain est là où en était Internet (l’Internet de l’information) avant 1980. Toutefois, leurs avis divergent à cet égard. Pour Harvard, la Blockchain a un potentiel énorme et pourrait influer considérablement sur les entreprises et leur fonctionnement économique. La question est de savoir quand cela arrivera. Z_punkt soulève un point important à ce sujet: pour que la technologie de la Blockchain puisse devenir un élément central de la transformation numérique de l’économie et de la société, une culture de la Blockchain doit d’abord se développer.

Les expériences liées au développement d’Internet pourraient y contribuer. En outre, Internet pourrait avoir un effet de soutien en permettant à la technologie de la Blockchain de se faire connaître et de s’établir plus rapidement grâce à l’accès aux informations.

«La Blockchain en est là où était ARPAnet en 1969. Nous voyons aujourd’hui la première preuve de son efficacité et les premiers projets pilotes[…]»

Amber Baldet

Blockchain Program Lead chez J.P. Morgan (cit. étude FSBC, Blockchain-Technologie: Vom Hype zur Wirklichkeit)


Possibilités d’applications futures de la Blockchain

Intéressons-nous au futur: les idées d’application pour la Blockchain ne manquent pas. Mais si elle pouvait un jour numériser entièrement les interactions économiques entre particuliers et/ou entreprises, il faudrait alors que les informations sur les contrats, les paiements et les parties impliquées soient entièrement numériques et accessibles à toutes les parties. Le livre blanc de Z_punkt présente les stades d’évolution possibles classés en fonction de l’ancrage croissant dans notre quotidien.

La «Blockchain financière»: dans un premier temps, les applications dans le domaine financier sont les plus évidentes, avec par exemple les paiements sans numéraire ou les modèles peer-to-peer qui exécutent les transactions sans intermédiaire, ce qui devrait aboutir à des gains d’efficience et à des processus simplifiés avec davantage de transparence.

La «Blockchain contractuelle» est le deuxième stade identifié par les experts de Z_punkt. Elle relie une prestation définie à des conditions qui sont vérifiées par le biais de la Blockchain. La « Blockchain contractuelle » garantit ainsi automatiquement le respect des contrats en tant que «trust platform».

La «Blockchain biographique»: ce troisième stade s’ancrerait le plus profondément dans notre vie quotidienne et n’est pas encore pour demain, selon les experts. Le quotidien numérique de chaque individu serait répliqué dans la Blockchain, ce qu'on peut résumer par la formule «la Blockchain connaît votre emploi du temps de l’été dernier». Un premier pas dans cette direction a déjà été fait avec les bracelets de fitness.

«Smart contracts», des contrats intelligents qui s’exécutent automatiquement

Retour à la réalité. Les contrats intelligents sont l'un des éléments pilotes de cette technologie de la Blockchain. L’objectif est de réduire la bureaucratie et les coûts. Vitalik Buterin – spécialiste de la Blockchain et co-fondateur d’Ethereum – rêve par exemple de programmes informatiques qui fonctionnent sur la base de smart contracts, «[…] comme des voitures-taxis autonomes affranchies de tout propriétaire qui financent elles-mêmes leur entretien par les revenus de leurs courses.»

Mais qu’est-ce qu’un smart contract? Il s’agit de règles contractuelles qui prennent la forme de codes de programmation. Ceux-ci suivent une logique dite conditionnelle, un «modèle si-alors». Si certaines conditions préalables sont remplies, une clause du contrat prédéfinie entre automatiquement en vigueur. Les domaines d’application possibles paraissent illimités. Qu’il s’agisse d’un contrat d’achat ou de location, d’élections politiques ou de nouveaux types d’organisation de l’entreprise, tout est envisageable.

Selon les experts du Blockchain Center à Francfort, les smart contracts complèteraient de manière optimale les avantages de la Blockchain pour l’IoT («internet of things»). Des contrats entre appareils pourraient ainsi être exécutés automatiquement. Les machines ne se contenteront plus de communiquer entre elles, mais rempliront aussi des contrats réciproques. Un exemple intéressant de l’étude du Blockchain Center est le projet « Brooklyn Microgrid »: un marché de l’énergie peer-to-peer a été développé pour permettre aux propriétaires de maisons de vendre à leurs voisins l’électricité produite en trop par leurs panneaux solaires – rien de nouveau jusque-là. Cette électricité est toutefois vendue sur la base de smart contracts. Les coûts sont ainsi réduits et la gestion de l’énergie s’effectue indépendamment des groupes énergétiques.

IBM et Maersk optimisent la gestion de la chaîne logistique

Autre exemple d’application tiré de la pratique: la compagnie maritime danoise Maersk et le groupe informatique américain IBM s’associent pour optimiser le suivi des cargaisons sur la base de la Blockchain. La raison: selon Maersk, une livraison d’Afrique de l’Est vers l’Europe implique une trentaine d'organisations différentes et nécessite plus de 200 interactions, un processus à la fois long et coûteux. Le suivi des cargaisons basé sur la Blockchain vise à établir un jeu de données immuable pour les transactions tout au long d’une chaîne logistique. Celui-ci doit être partagé en temps réel avec les entreprises impliquées, ce qui permettra à l’ensemble des intervenants de la chaîne logistique d'accéder à toutes les informations nécessaires sur chaque transaction au sein d’un flux d'informations unique. Outre les gains de coûts et d’efficience, la sécurité des données est également au premier plan (étude FSBC «Blockchain-Technologie : Vom Hype zur Wirklichkeit»). En 2017, Maersk a été l’une des principales victimes de la cyber-attaque «NotPetya». D’après le «Financial Times», les dommages pour l’entreprise auraient atteint 250 à 300 millions de dollars US.

Le potentiel de la Blockchain en chiffres

Si les investisseurs se basent sur un potentiel aussi important que le fut celui d'Internet (Internet of Information), la technologie de la Blockchain (Internet of Values) pourrait connaître une évolution similaire. Si l'on en croit la Deutsche Bank ou Accenture, environ 10% du PIB mondial sera stocké dans des Blockchain d’ici 2027.

Selon la publication «Practical Blockchain: A Gartner Trend Insight Report» du groupe Gartner, la technologie de la Blockchain a dégagé une valeur ajoutée d’environ 4 milliards de dollars US pour les entreprises («business value-add»). Le chiffre devrait atteindre 176 mia en 2025 et 3100 mia d’ici 2030, soit une croissance moyenne (CAGR) d’environ 67% p. a.

L’indice – investir efficacement dans des entreprises liées à la Blockchain

La technologie de la Blockchain en est encore à ses débuts et devrait encore beaucoup évoluer. Dans ce contexte, un concept d’investissement dynamique pourrait être d'autant plus important. Le certificat tracker dynamique sur le « Solactive Blockchain Technology Performance-Index » garantit que le thème est répliqué de manière diversifiée, transparente et réglementée (voir règlement d’indice (en allemand ou en anglais) sur solactive.com).

L’indice englobe jusqu’à 20 entreprises de divers sous-secteurs liés à la technologie de la Blockchain. Les entreprises sont spécifiquement liées à la Blockchain: plateformes matérielles, plateformes logicielles et entreprises de secteurs prometteurs avec un gros potentiel de création de valeur, notamment dans les services financiers, la santé, la mobilité/le transport, l'énergie, les médias et le commerce (voir règlement d'indice pour plus de détails).

Grafique 2: Concept de l’indice Solactive Blockchain Technology Performance-Index

Le graphique 2 illustre le concept d’indice avec les principaux critères de sélection. L’affinité du modèle d’affaires avec la technologie de la Blockchain et les paramètres financiers quantitatifs à respecter sont déterminants. L’affinité est évaluée par le modèle de notation de la Blockchain (graphique 1). Les valeurs financières les plus fortes sont ensuite prises en compte. L’indice est calculé et ajusté chaque semestre par Solactive AG. Ce certificat permet d'investir facilement dans les entreprises d'aujourd'hui et de demain qui devraient profiter des technologies de la Blockchain.

Pourquoi peut-il valoir la peine d’investir rapidement

Récapitulons: pour les investisseurs convaincus que la technologie de la Blockchain pourrait s’imposer comme le fit autrefois Internet, un certificat tracker sur le Solactive Blockchain Technology Performance-Index peut représenter une opportunité d’investissement intéressante. Cette technologie en est encore à un stade d'évolution peu avancé. La comparaison avec Internet permet de penser qu’il faudra encore une dizaine d’années pour que la Blockchain devienne une technologie largement utilisée. Elle n’en a pas moins le pouvoir de modifier l'économie en profondeur. Se positionner assez rapidement selon la devise «Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt» pourrait en valoir la peine. Un horizon de placement à long terme peut également s'avérer payant.


16.12.2019 10:20:19

 

1 Kommentar

Urs Dupont

20. mars 2018 at 9:46

Das grosse Problem ist, dass die meisten Leute - teilweise bewusst und zur Irreführung - nicht unterscheiden zwischen der guten (aber sehr aufwändigen und Energie konsumierenden) Technolgie "Blockchain" und den heutigen Scheinwährungen wie Bitcoin & Co., die nur heisse Luft verkaufen und als Währung völlig untauglich sind, da sie Hyperinflationen / -deflationen pro Tag haben, die grösser als die schlimmsten realen Schrottwährungen pro Jahr sind (logisch wenn etwas nur zum Spekulieren dient und nicht reguliert ist). Der einzige Zweck heutiger Kryptowährungen ist die Umverteilung von kleinen zu grossen Spekulanten, die Geldwäscherei und der Transfer von kriminellen Geldern :-(.

 

Écrire un commentaire

 

  

 

  

 

* Tous les champs imposés doivent être remplis