L’analyse durable des sous-jacents chez Vontobel

 

Le concept de durabilité a de nombreuses facettes et sa signification varie selon la perception de la personne qui le revendique. Le développement durable peut ainsi être compris comme une réponse au grand défi mondial qui consiste à réduire la consommation des ressources naturelles qui s’épuisent rapidement sans enrayer le processus de reprise économique des pays en voie de développement et émergents.

Dans ce contexte, la notion de «placements financiers durables» doit à notre avis s’inspirer du concept de «développement durable». Les placements financiers sont par conséquent décrits comme durables lorsque la décision d'investissement, en plus des critères économiques, tient également compte de critères sociaux et écologiques.

Chez Vontobel, nous pensons qu’une sélection d’entreprises fondée sur une analyse de durabilité rigoureuse génère de la valeur ajoutée à long terme à deux égards: un rendement plus élevé et stable en raison d’une meilleure performance économique ainsi qu’une contribution positive au développement durable. Cette conviction est également étayée par plusieurs études.

L’approche de l’ESG Competence Center de Vontobel Asset Management consiste à identifier, dans le cadre de l’analyse de durabilité, les entreprises qui agissent de façon plus durable que leurs concurrents au sens décrit ci-dessus. Dans cette optique, elle fait appel à des critères écologiques et sociaux considérés comme importants mais qui ne sont pas encore intégrés, ou le sont de manière insuffisante et non systématique, par l'analyse financière classique et donc par les marchés des titres. Notre analyse de durabilité complète l’analyse financière classique et augmente l’efficacité d’information du processus de placement.

L’analyse de durabilité d’Asset Management s’effectue globalement à deux niveaux, celui du secteur et celui de l’entreprise:

(1) L’analyse sectorielle compare l’impact des différents secteurs économiques sur l'environnement et la société. Sur cette base, les secteurs sont évalués en fonction de leur contribution (positive comme négative) au développement durable et une notation sectorielle leur est attribuée.

(2) Dans le cadre de l’analyse des entreprises, une grille de critères détaillée évalue la façon dont chaque émetteur de titres gère les opportunités et les risques sociaux et environnementaux dans son secteur. Une notation est attribuée à l’entreprise en fonction du résultat.

Les notations du secteur et de l’entreprise sont ensuite regroupées dans le moniteur de durabilité de Vontobel: la notation sectorielle détermine les exigences minimales qu’une entreprise doit remplir en termes de durabilité afin de pouvoir faire l’objet d’un investissement. Plus la notation sectorielle est faible, plus l’entreprise doit présenter une notation de durabilité élevée. Par conséquent, plus les risques sociaux et environnementaux spécifiques au secteur sont élevés, plus les exigences imposées à l'entreprise en termes de gestion de ces risques – et des opportunités – sont élevées.

La notation sectorielle est une mesure de l'impact de quelque 50 secteurs économiques sur l'environnement et la société: l’impact environnemental est évalué selon les critères «consommation des ressources», «émissions» et «déchets», l’impact social selon les critères «conditions de travail» et «risques de conflits sociaux».

La notation d'entreprise est une mesure de la performance de l'entreprise en termes de durabilité. Il est essentiel que la comparaison soit effectuée au sein du secteur: à titre d’exemple, une entreprise chimique devra être comparée avec une autre entreprise chimique ou avec sa moyenne. C’est la raison pour laquelle on parle aussi d’une approche «Best-in-Class». Pour l’analyse des entreprises, Vontobel utilise une grille de critères qui s'articule autour de trois domaines: environnement, société et gestion d'entreprise.

(1) L’évaluation environnementale analyse les mesures de protection de l'environnement et les performances de l'entreprise en la matière sur l'ensemble du cycle de vie du produit (chaîne de livraison, production, développement du produit, utilisation, recyclage ou élimination). En font notamment partie les mesures visant à réduire la consommation d’énergie dans la production et les économies d’énergie effectives qui en résultent, ou encore les améliorations au niveau de l’efficacité énergétique des biens produits.

(2) L’évaluation sociale indique dans quelle mesure l’entreprise concernée réalise l’équilibre entre les intérêts des différentes parties prenantes (fournisseurs, collaborateurs, société et clients) et limite ainsi les risques de conflit. Elle concerne notamment des aspects touchant aux collaborateurs comme la protection au travail (p. ex. la fréquence des accidents de travail), la participation aux décisions de l’entreprise, l’égalité hommes-femmes et l’inclusion des minorités, la réduction des effectifs, la qualité de l’environnement de travail ainsi que la formation initiale et continue.

(3) Dans le troisième domaine, celui de la gestion d’entreprise, on évalue dans quelle mesure la stratégie et l’organisation interne (management) de l’entreprise concernée tiennent compte des risques et des opportunités en matière de durabilité. Ce groupe de critères englobe la gouvernance d’entreprise au sens strict, la gestion de la durabilité et de ses divers aspects (protection de l'environnement, protection au travail, gestion des ressources humaines, gestion de la chaîne de livraison etc.) ainsi que l’éthique des affaires et la communication interne et externe.

Le moniteur de durabilité de Vontobel englobe sur cette base l’univers des sous-jacents durables, qui est en principe actualisé chaque mois.

Vous trouverez de plus amples informations sur le thème de l’analyse de durabilité des entreprises par Vontobel dans la brochure «Analyse de durabilité» des entreprises de Vontobel Asset Management.:

Analyse de durabilité des entreprises